images (2)

Equipe du Cameroun prenant la photo officielle.(Crédit photos : Mboafootball.com)

La rencontre d’hier soir qui opposait les lions « pitoyables » du Cameroun aux Varenti de Croatie est sans aucun doute rentrée dans l’histoire de la participation des équipes Africaines en Coupe du monde. 4-0 c’était le score, bien-sur à l’avantage des Croates au cas où certains parmi vous ne le croiraient pas.

Si vous n’avez pas regardé le match, sachez que c’était affreux de voir ce maillot vert porté par Roger Milla, Omam BIYIK, Joseph Anthoine BELL, bafoué et déshonoré de la sorte. Rien ne pouvait le permettre, pas même les primes.

Il est tolérable de perdre un match mais avec honneur et fierté surtout quand on est un Lion. L’équipe nationale Camerounaise était tout sauf un fauve des savanes africaines, ah oui ça c’est certain. J’ai rarement vu une équipe en Coupe du monde aussi dépouillée que celle-là en termes de caractère de jeu, de système de jeu, de cohésion défensive et offensive mais surtout de ce fighting spirit légendaire reconnu à cette équipe Camerounaise.

Je n’ai pas l’intention de refaire le match en vous racontant tout ce qui sait passer, ce serait me faire vivre un cauchemar deux fois. Je ne peux pas me le permettre. Tout ce que je sais désormais c’est que les lions du Cameroun ne sont plus « indomptables » mais plutôt « pitoyables » pour deux raisons :

L’absence d’un jeu d’équipe….

Le système de jeu mis en place était tellement inadapté et mal appliqué que ça leur a coûté 4 buts bien comptés. Le ballon circulait mal sur le terrain, les joueurs ne se trouvaient pas bien dans les espaces. On ne savait pas très bien par où le danger pouvait venir malgré les percées infructueuses de Moukandjo qui voulait surement se faire remarquer par les recruteurs de grands clubs. C’était raté en tout avec sa prestation médiocre, car  il n’a pas apporté de véritables occasions de but juste des montées de balles et quelques dribles mal faits. Le jeune Aboubacar avait tant a donné mais dépourvu de passes par ses coéquipiers, il ne pouvait pas mettre en danger le gardien Croates.

téléchargement (1)

Song explusé après son geste..(crédit photo : France24.com)

 Le milieu de terrain a très vite été abandonné par Alexandre Song non pas à cause mais grâce à son ingéniosité. Un geste absurde d’anti jeu sur Mandzukic lui a valu un carton rouge en première mi-temps. Déjà qu’ils étaient menés, ils allaient maintenant être laminés par les Croates.

Les Camerounais n’ont en aucun moment du match, développé un football capable de battre cette équipe Croates, comme n’importe quelle autre équipe dans ce mondial d’ailleurs. Elle n’a pas le niveau qu’il faut et l’attitude qui sied quand on participe à ce type de compétition. On peut compter sur les doigts d’une main le nombre d’occasions de but, de corners ou de coups franc décisifs créés par les coéquipiers d’Eto’o remplaçant. En tout cas rien de tout ce qui devait apporter le danger n’a été fait pour remonter au score. C’est Pitoyable quoi !!!

 Un esprit d’équipe inexistant

2014-06-19T002047Z_699639653_GF2EA6J00LE01_RTRMADP_3_SOCCER-WORLD-M18-CMR-CRO_0_0

Des lions qui se battent entre eux. (crédit photos : Mboafootball)

Au de-là de l’aspect footballistique, il n’y avait pas de véritable cohésion ni de solidarité entre les joueurs, c’est le sempiternel problème. Il revient toujours dans cette équipe Camerounaise, c’est un boulet qu’elle traîne depuis des années déjà, apparemment elle s’y est habituée et compose avec en dehors comme sur le terrain. La preuve Assou Ekotto et Mouckandjo  ont voulu nous offrir un combat de boxe sur un terrain de football. Près d’un milliard de supporteurs et de téléspectateurs ont vu ça. Quelle image de l’équipe du Cameroun et du Fair Play donnent-ils? C’est ce qui arrive quand une équipe est divisée en son sein.

téléchargement

Roger MILLA célébrant son bue en Coupe du monde. (crédit photo Cameroun-online)

Ce qui doit en principe vous unir c’est-à-dire la volonté de remonter au score, vous désuni tellement il y a d’égo, de la jalousie et un conflit de génération.  Les joueurs Camerounais n’ont pas montré d’orgueil ni de fierté pour leur maillot, ils ont très vite jeté l’éponge alors qu’un sursaut d’orgueil suffisait pour recoller au score. Le fighting spirit qui a caractérisé cette équipe Camerounaise est « mort », le fameux « Impossible n’est pas camerounais » est aujourd’hui aussi lointain que la dernière participation de Roger MILLA en Coupe du monde.  C’est fini ça !

Les Camerounais n’ont pas du tout montré de solidarité dans le jeu ni de caractère dans la défaite. C’est ce qui fait le plus mal et où est la grande déception des millions de supporteurs Africains. Cette équipe a montré hier qu’elle n’était plus celle-là que le monde a connu dans les années 90, celle-là que les jeunes Africains ont admirée et supportée depuis de nombreuses années. Les lions ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes, la photographie d’une gestion scrabbleuse de l’équipe nationale et d’un football en perfusion depuis de longues années.

Ça été pitoyable ce match,  je vous assure. C’est la fin d’une génération mal gérée et mal encadrée. Si vous n’en voulez plus, laissez la place aux jeunes et à une nouvelle classe dirigeante du football Camerounais, parce que à cette allure on va droit au mur.

De toute façon les Camerounais rentrent bientôt à Yaoundé car ils sont d’ors-et-déjà éliminés. Tout ce que nous espérons c’est le changement à leur arrivée au pays.  Que les Camerounais Veillent à ce qu’il y ait des changements non seulement dans l’équipe mais aussi au sein de la fédération…Il faut désormais qu’on commence à jouer au football au Cameroun, trêve de guerres intestines qui tuent cette passion que vous dites aimer.

The following two tabs change content below.
Barack Nyare Mba
Je suis un jeune Africain, de nationalité gabonaise, j'ai étudié au Sénégal et au Ghana. Je suis titulaire d'un Master 2 Audit et Contrôle de Gestion. La renaissance de l'Afrique passe indubitablement par la prise de conscience des défis de développement. C'est dans cet esprit que je crée ce blog pour partager avec vous mon regard sur l'Afrique en général et le Gabon en particulier. Panafricain je suis, panafricain je resterai.

One thought on “Les Lions « pitoyables » du Cameroun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *