Tour d’horizon du web après le #JeSuisFoutu #JeSuisMort

 

IMG_20160524_131752

Lors du journal Télévisé du lundi 23 Juin 2016 de GabonTélévison, une scène cocace dont nous sommes rarement témoins a alimenté toutes les conversations et suscité toutes les interprétations auprès des téléspectateurs mais surtout auprès des internautes.

Read More

QUATRE RAISONS POUR FAIRE DU BLOGGING

C/P: blog.act-on.com

Ne jamais dire « Je ne ferai jamais une entorse à ma ligne éditoriale ». En effet, pour les besoins d’une nouvelle émission dénommée « Le Grand Bandja »  sur GabonTélévision, je vais faire une exception en répondant à quatre questions posées par la charmante chroniqueuse Rufina au sujet du blogging et de mon engagement à travers ce moyen d’expression. C’est parti !!!

1) Comment t’es venu l’idée de créer un blog?

L’idée m’est venue lors d’une conversation avec des amis à Dakar. Nous débattions tous les jours sur les sujets d’actualité, l’Afrique, le Gabon, les faits de société, entrepreneuriat etc. A la suite des conversations, je remarquais que celles-ci se limitaient seulement entre nous et rien n’était fait ensuite. Du temps perdu en fait! Très porté sur le numérique, je décide de créer mon premier blog en 2012 : www.nouvelleconscience.blogspot.com . Ensuite je décide d’aller plus loin en mi 2013 en participant au Concours des meilleurs blogueurs Francophones organisé par RFI-Mondoblog avec le blog ESPRIT AFRICAIN. Un concours dont je fus lauréat et qui m’apporta une connaissance importante sur le blogging lors de la formation avec RFI à Abidjan en 2014.

2) Qu’est ce qui t’inspire pour tenir ton blog ?

L’observation de la société et ses comportements. En effet, pour mieux traduire ou retranscrire ce que l’on voit il faudrait avoir la capacité de bien observer ceux qui nous entourent. L’actualité africaine et gabonaise également est une grande source d’inspiration. Parfois je la commente et l’analyse parfois elle m »inspire d’autres sujets. Il y a aussi ma condition de vie, mes réalités, mes rapports humains qui me donnent aussi de l’inspiration.

3) Pour toi qu’est-ce qu’un « bon » blog?

Un bon blog est celui qui respecte sa ligne éditoriale. C’est celui qui reste fidèle à l’idée fondatrice même du blog. Un bon blog c’est celui qui est mis à jour à temps régulier. Un article par semaine ou toutes les deux semaines ou une fois par mois, surtout quand le blog n’a pas encore de notoriété. Un bon blog est celui qui apporte de la valeur ajoutée aux lecteurs. Quand un internaute finit de lire un article, il doit en repartir enrichi, satisfait, instruit. Je crois que nous devons tous contribuer à l’émancipation des internautes en partageant ce que nous savons sur tous les sujets.

4) Sur un plan personnel, que t’apporte ce blog?

Ce blog m’apporte beaucoup, certains penseront à l’argent mais pas encore. Il m’apporte beaucoup de connaissances, il m’ouvre des portes aux lieux que je n’avais jamais fréquenté avant de devenir blogueur. Il me fait rencontrer beaucoup de personnes super intéressantes, ceux qui cherchent à bouger les lignes, à créer, à innover. Une génération de gabonais  et d’africains qui croit en elle-même et en ses capacites. Il m’apporte du satisfecit, les commentaires des lecteurs, les encouragements, les félicitation mais aussi du respect. Autant de choses qui me poussent à faire mieux. C’est pourquoi dans bientôt vous aurez une nouvelle version plus complète de ESPRIT AFRICAIN.

Merci

  » JE SUIS EN COUPLE MAIS PAS COMME CELA S’ENTEND  » 

 

image

C/P: lebabi.com

Des amis assis dans un bar appelé CNAMGS pour ses prix abordables, sont entrain de consommer de la bière après la journée de travail. L’ambiance est bon enfant, les sujets se succèdent comme les bières au fur et mesure que le temps passe. Parmi les sujets, un captive l’attention de la grande majorité des hommes présents autour de la table : les femmes, il s’agit de celles appelées « affectueusement » les « petites ».

Read More

A la découverte du Make up bar Maya Art

FB_IMG_1450139996381[1]C’est en regardant ma timeline sur Facebook que j’ai découvert cette structure qui propose un autre cadre pour se faire maquiller. Rassurez-vous, ce nouvel espace m’intéresse, non pas en tant qu’homme, mais plutôt en tant que blogueur car je suis un féru de la nouveauté, du progrès, du dynamisme et de la jeunesse.

Read More

Libreville porte-t-elle bien son nom ?

1-gabon-slave-statue-alone

Statue d’une hermaphrodite de Maitre MINKO MI-NZE qui se libère en brisant ses chaines. Elle est érigée en face de palais présidentiel au bord de mer

Principale ville du pays, la capitale gabonaise porte un nom très évocateur pour les défenseurs de l’épanouissement du corps et de l’esprit. En la baptisant « Libreville », le fondateur de cette ville a voulu véhiculer un message intemporel sur la liberté chèrement gagné après 400 ans d’esclavage. Aujourd’hui en 2015 peut-on dire que notre capitale porte dignement son nom ? Les Librevillois se sont-ils appropriés de cette liberté ? En ont-ils conscience ? Se sentent-ils libres ? Autant de questions qui me laissent perplexe au vu des observations faites.

Read More

Gabon : La classe politique a t-elle choisi la fracture ou la tolérance ?

1-DSC05207Après les événements de la semaine passée notamment les émeutes à l’université Omar Bongo et la manifestation interdite de Rio qui ont tout deux causées d’énormes dégâts  sur le plan matériel et humain ; La plupart d’entre nous s’interrogent sur l’attitude avenir de la classe politique à la suite de ces événements qui quoi qu’on dise, témoigne l’existence d’un « rideau de fer » entre l’opposition et le pouvoir.

Read More

Quand l’ONEP se fâche, le Gabon est en panne sèche.

 1-DSC05133

Depuis une semaine Libreville connait une grave pénurie de carburant successive à la grève enclenchée depuis le 1er  Décembre par les membres de l’Organisation Nationale des Employés du pétrole (ONEP). Cette absence de carburant plonge la capitale Gabonaise et même le pays tout entier dans une léthargie  inquiétante car les populations et les automobilistes rencontrent toutes les difficultés pour vaquer à leurs occupations.

Read More

Papa Elvis : « Nous vivons des ordures de la décharge publique »

Une vue de la décharge pendant le travail de récolte CP: Barack Nyare Mba

La pauvreté n’est plus un vain mot au Gabon, mais toute une réalité visible et observable quotidiennement. Depuis mon arrivée au pays, j’ai constaté avec amertume et désolation plusieurs faits qui brisent mon cœur mais renforcent ma détermination à faire comprendre à chacun de nous et aux gouvernants les responsabilités qui nous incombent en tant que citoyen gabonais. C’est dans cet esprit que Jeudi et samedi passés, je me suis rendu à la décharge publique de Mindoubé  située dans le 5ème arrondissement de Libreville pour voir et comprendre comment des compatriotes y vivent « grâce » aux ordures ménagères.

Read More

Mon retour au pays natal

en téte blog 930

Carte Libreville. CP: Bienvenualibreville

Après cinq longues années d’absence, je suis désormais de retour dans mon pays natal le Gabon. Comme dit le proverbe : « Même après plusieurs années sur l’eau, le bois mort ne sera jamais un caïman ». Dans mon cas sachez que je suis resté un authentique Gabonais, attaché à sa patrie et à ses valeurs malgré le temps passé sur une autre terre d’Afrique.

Read More