TOP 10 DES ACTIVITES ECONOMIQUES DES AFRICAINS AU GABON

a

Salon de coiffure à Ntoum. CP:Gabonreview

Depuis de nombreuses années on  reproche aux Gabonais de ne pas exercer certains métiers ou activités économiques au profit de nos frères Africains qui prennent des initiatives pour se prendre en charge financièrement.  Il est de notoriété que certains de mes compatriotes abhorrent les « petits métiers » qu’ils considèrent dégradant pour leur personne alors qu’ils sont sans emploi ou n’ont aucune formation. Cette « fausse fierté » a écarté les gabonais des pans entiers de l’économie nationale, ce qui ma foi n’a pas joué en faveur de la lutte contre le chômage des jeunes Gabonais.

Read More

Mon retour au pays natal

en téte blog 930

Carte Libreville. CP: Bienvenualibreville

Après cinq longues années d’absence, je suis désormais de retour dans mon pays natal le Gabon. Comme dit le proverbe : « Même après plusieurs années sur l’eau, le bois mort ne sera jamais un caïman ». Dans mon cas sachez que je suis resté un authentique Gabonais, attaché à sa patrie et à ses valeurs malgré le temps passé sur une autre terre d’Afrique.

Read More

TOP 7 des conseils pour bien préparer son baccalauréat.

téléchargement (7)

lyceenaval.fr

 

C’est la dernière ligne droite pour les élèves de terminal avant le début des épreuves du baccalauréat qui commence ce mois de juillet dans certains pays du continent. Au Sénégal comme au Gabon, les candidats à cet examen révisent actuellement à  « plein régime » pour être prêts le  jour-j. Read More

Les Lions « pitoyables » du Cameroun

images (2)

Equipe du Cameroun prenant la photo officielle.(Crédit photos : Mboafootball.com)

La rencontre d’hier soir qui opposait les lions « pitoyables » du Cameroun aux Varenti de Croatie est sans aucun doute rentrée dans l’histoire de la participation des équipes Africaines en Coupe du monde. 4-0 c’était le score, bien-sur à l’avantage des Croates au cas où certains parmi vous ne le croiraient pas.

Read More

Quid sur le New York Forum Africa 3 ?

téléchargement

http://www.journaldutchad.com/article.

Alors qu’il doit s’ouvrir ce 23 mai à Libreville pour sa troisième édition, le New York Forum Africa (NYFA) essuie déjà de vives contestations. La société civile gabonaise rassemblée au sein du Front des indignés du Gabon multiplie depuis quelques semaines des campagnes anti-forum dans les médias et les réseaux sociaux et prévoit même d’organiser, comme lors des éditions précédentes, un contre-forum des «indignés» (23 au 25 mai) en guise de protestation. Read More

L’impact du blogging dans le monde

Blogging-impact-sur-le-Monde-MFargetton

http://unprintempspourmarnie.mondoblog.org/

Parmi vous beaucoup se demandent à quoi peut bien servir le blogging et surtout l’impact qu’il peut avoir dans le monde. C’est une activité pas souvent bien comprise car elle est assimilée au journalisme conventionnel. A la différence de ce dernier, le blogging a plusieurs avantages et bien sur des inconvénients. En voilà quelques-uns. Read More

CHEF DE L’ETAT ET/OU CHEF DE PARTI?

logo disque partage_redimensionner

image google

 

C’est un constat qui est fait dans certains pays Africains, le chef de l’état est également chef du parti politique au pouvoir. Face aux enjeux sociopolitiques et économiques de nos pays, est-ce que cette double veste ne présente pas de danger pour le bon exercice du pouvoir et pour la démocratie ? Je vous donne mon point de vue.

En principe la politique est faite pour exercer un jour le pouvoir, et lorsqu’on a ce pouvoir et bien on l’exerce uniquement. Maintenant quand un chef d’État fait les deux simultanément c’est-à-dire endosse le rôle de chef du parti au pouvoir et chef de l’État, cela sans aucun doute risque de perturber son mandat ce qui n’est pas bénéfique pour un pays qui veut construire une démocratie.

Read More

Au nom de l’Etat ou du parti?

 

 

confus

Depuis 53 ans déjà les dirigeants Africains n’ont toujours pas saisi au nom de qui devraient-ils gouverner, c’est triste à dire et à constater mais les réalités sont malheureusement celles-là. Je n’arrive pas toujours à comprendre cette absurdité dans la manière de gouverner nos Etats surtout après un demi-siècle d’indépendance. Apparemment les nombreuses difficultés que l’Afrique a connues durant tous ces siècles n’ont pas suffit pour faire comprendre à ces hommes et femmes la nécessité de changer de pratiques gouvernementales. Ils ont vraiment des têtes dures.

Le peuple Africain a connu trop d’oppression dans son histoire, ça commencé avec ce commerce inhumain qu’est l’esclavage ensuite nous avons connu le colonialisme et l’impérialisme, depuis lors nous sommes sous le diktat des partis politiques.

Dans le cas du Gabon nous avons connu avant l’instauration du parti unique un régime politique pluraliste, les partis politiques étaient nombreux et diversifiés et ces derniers s’affrontaient dignement sur le champ des idées et des idéologies. Certains étaient pour le libéralisme d’autres pour le socialisme, l’Assemblée Nationale n’avait jamais aussi bien porté son nom que durant cette période. La mise en place du parti unique en 1968 avait sonné le glas de cet élan qui ma foi présageait une meilleure pratique de la politique pour les années à venir, mais hélas, tout ce qui a suivi n’a été que ruines cendres et larmes pour la Nation entière.

Le multipartisme tant souhaité était désormais effectif dans les années 90 après d’âpres luttes ; chacun pouvait comme par le passé créer son parti politique. Toutefois il serait judicieux et crucial de vous préciser que l’objet de ces partis politiques était différent de celui des partis qui existaient avant le multipartisme, il fallait maintenant se faire de l’argent par le truchement de la politique. C’est le début des galères pour le peuple Gabonais.

Aujourd’hui en 2013 la situation est devenue cancéreuse, les partis politiques ont substitué l’Etat sur certains points. On ne sait plus qui fait quoi dans ce pays et au nom de qui. Est-ce au nom de l’Etat ou du parti au encore du parti-Etat ? Mystère mes chers frères. Le parti au pouvoir et ceux de « l’opposition » ont abattu un travail immense depuis l’avènement du multipartisme, ils ont politisé dans sa version la plus abjecte l’administration publique, les écoles, les universités et grandes écoles, la santé, la justice et la sécurité pour ne citer que ces secteurs. Pour ma part la plus grande « réussite » était celle des consciences, ils ont là aussi politisé. C’est pourquoi nous voyons cet engouement malsain autour de la politique qui est devenu sans risque de me tromper un exutoire pour avoir un emploi ou un revenu.

Les nominations ne sont pas toujours faites sur la base des compétences professionnelles de tout un chacun, mais plutôt par rapport au parti. Ils doivent toujours s’assurer de la perpétuation de leur régime à travers les placements stratégiques des partisans à des postes importants. Dites-moi, Comment quelqu’un qui est nommé sur cette base pourrait travailler pour l’Etat ? Comment pourrait-il respecter sa hiérarchie administrative sachant que c’est par le canal du parti qu’il occupe ce poste ? Comment ne pourrait-il pas détourner des fonds puisqu’il n’a aucun compte à rendre à quelqu’un si ce n’est au parti ? Comment pourrait-on espérer l’émergence dont-ils parlent dans ce chaos ? Trop de questions sans réponses.

L’Etat c’est comme le corps humain, les plus grandes maladies viennent toujours de la tête. Je pense que c’est l’origine de tous les problèmes du Gabon et de l’Afrique. Tant qu’au sommet de l’Etat nous trouverons toujours des gens incapables qui n’arrivent pas à dissocier ces deux entités, Etat et parti politique ou encore Etat et appartenance ethnique comme on l’a vu dans certains pays Africains, nous nous retrouverons toujours dans ce même marasme qui nous amarre depuis un demi siècle déjà, vous vous rendez compte, un demi siècle.

Le pouvoir de l’Etat ne peut en aucun cas être remis en cause ou partager avec un parti politique même si ce dernier est au pouvoir. C’est le peuple qui élit et non les membres d’un parti. Les passe-droits, les détournements massifs de fonds, les abus de toutes sortes, le clientélisme, les injustices sociales, tous ces maux que nous connaissons au Gabon sont nés sur le lit de cet amalgame entre l’Etat et le parti au pouvoir.

On ne garanti pas un pouvoir en nommant ces partisans   à des postes pour  qu’ils s’engraissent mais plutôt en travaillant, en créant de l’emploi aux jeunes et aux femmes, en s’assurant de la bonne tenue des cours dans les écoles et la qualité des soins dans les hôpitaux, c’est valorisé nos savoirs et talents tout en offrant à tous la sécurité. C’est aussi en préservant nos us et coutumes, nos traditions et promouvoir la démocratie. Voilà quelques pistes pour garantir son pouvoir et non la promotion des partisans irresponsables.

Vivement qu’une nouvelle génération remplace ces hommes et femmes d’un autre temps parce que je vous assure que si nous continuons comme cela, au Gabon et en Afrique, nous risquerons de faire 50 ans autres années d’immobilisme. A chacun de voir.

J’en veux vertement à nos pères de…

images (16)

Tout d’abord j’aimerais partager avec vous un dicton bien célèbre chez nous qui dit : « Maman sûre, papa peut-être » c’est-à-dire qu’on sait toujours que l’enfant est de la mère, mais on le présume pour le père. Cette incertitude paternelle justifie t-elle le « désordre » que les pères ont organisé au Gabon durant ce demi siècle. Pourquoi le dis-je? Et bah pour les mauvaises raisons qui ont données comme résultat l’échec social et politique du Gabon. Read More