africatime

Fonctionnaires touchant leur prime
C/P : Africatime

Durant la semaine qui vient de s’écouler, l’actualité gabonaise a été dominée par la prime d’incitation à la performance (PIP) nouvellement créée par le président Ali. C’est plus de 19 milliards de francs Cfa qui ont été versés ce mois de juillet à plus de 20 000 fonctionnaires gabonais.

La PIP est une prime que l’Etat alloue aux fonctionnaires et autres agents afin de les inciter à être performants à leur poste de travail. Au départ cette prime s’appelait « Fonds communs », et était versée aux seuls agents des régies financières telles la Douane, le Trésor et les Finances. Selon les autorités, c’est par souci de « solidarité », de « justice sociale » et bien sûr en prélude des joutes électorales de 2016,  que le président Ali a décidé en février de cette année, d’élargir les bénéficiaires aux autres départements ministériels. Quelle belle initiative électorale !!!

images

C/P : Gabonreview

En termes de chiffres, c’est près de 30 000 fonctionnaires au total qui se partageront 100 milliards de francs Cfa au lieu des 210 milliards que s’arrogeaient 9 000 agents des régies financières. Vous avez sûrement fait le calcul, il reste en effet 110 milliards qui seront alloués à la CNAMGS (Caisse nationale d’assurance maladie et de Garantie sociale) et au Fonds national d’aide sociale pour les chômeurs et personnes démunies. Reste encore à vérifier !

Il faut savoir que les ressources de cette prime proviennent des ristournes et amendes des administrations ayant des taxes parafiscales.

 Un paiement arbitraire

Jusqu’à la date du premier versement de la PIP c’est-à-dire le 7 juillet,  ni la commission interministérielle chargée du dossier de la PIP, ni les ministères concernés n’avaient déterminé les critères ou indicateurs de performance permettant d’évaluer les fonctionnaires bénéficiaires. C’est pourquoi le premier versement a été fait sur la base de la catégorie. Les plus diplômés perçoivent plus même s’ils travaillent moins ou mal.

Ainsi, on a pu observer ici et là la disparité des sommes versées aux fonctionnaires de la même catégorie ou encore certains ont vu à la baisse le montant qu’ils devaient percevoir. Autant « d’injustice » occasionnée par l’absence d’indicateurs de performance capables de rémunérer chaque fonctionnaire en fonction de ses efforts.

L’Imihigo rwandais

chaque-employé-a-signé-le-contrat

Signature d’un contrat de performance
C/P : radiomaria

Ce mot Kinyarwanda désigne une sorte de « contrat de performance ». Créé en 2006 par les autorités rwandaises en vue d’un meilleur suivi-évaluation des objectifs à atteindre par le pays. Chaque citoyen rwandais a son contrat de performance et fixe lui-même le niveau raisonnable à atteindre pour chaque objectif. Exemple : lutte contre la corruption, violence domestique sur les femmes et enfants, aide aux voisins nécessiteux, planter des arbres, adhérer à une association ou coopérative.  Le non-respect de ce contrat peut faire l’objet de blâme public.

Hormis les populations civiles, le contrat de performance est également signé par les cadres et techniciens au sein des administrations publiques, du secteur privé, dans les associations et autres organismes de développement. C’est un contrat qui marche, car il implique les populations dans le développement du pays et améliore l’efficacité et l’efficience dans le service public ou dans le secteur privé.

Un modèle à suivre

C’est sur un modèle similaire au contrat de performance rwandais que devrait reposer la PIP et non sur le népotisme, le clientélisme ou le copinage des uns et des autres comme il a été observé. On a vu les affres des fonds communs, qui pourtant avaient été créés pour lutter contre la corruption, mais au finish sont devenus la source même de cette corruption et de la gabegie financière durant près de 40 ans. Tout cela à cause de l’inefficacité et la subjectivité des critères d’attribution utilisés jusqu’à récemment.

C’est, je suppose, l’objectif de la commission interministérielle ad hoc, qui doit rendre son rapport dans quelques semaines, de déterminer des indicateurs objectifs capables de mesurer la performance de tout un chacun selon le ministère. Il serait inacceptable de replonger dans le marasme des « fonds communs » alors que le gouvernement parle lui-même de mettre un terme aux vieilles et mauvaises pratiques…

A faire à suivre et à commenter….

The following two tabs change content below.
Barack Nyare Mba
Je suis un jeune Africain, de nationalité gabonaise, j'ai étudié au Sénégal et au Ghana. Je suis titulaire d'un Master 2 Audit et Contrôle de Gestion. La renaissance de l'Afrique passe indubitablement par la prise de conscience des défis de développement. C'est dans cet esprit que je crée ce blog pour partager avec vous mon regard sur l'Afrique en général et le Gabon en particulier. Panafricain je suis, panafricain je resterai.

3 thoughts on “Gabon : un contrat de performance pour percevoir la PIP

  1. vraiment,comme on dit mes prédécesseurs,notre pays devrait demander conseils au Ruanda.ou sont les critères de performance?les fiches de postes qui donnent des informations précises sur les missions,les taches et les indicateurs de performance bien sur adapté au travail,au secteur d’activité?c’est du pilotage à vue,pas sérieur.Après avoir payer ces primes ou est la Performance du secteur Public? ou est sa contribution à l’augmentation du PIB par la consommation?un vrai travail égale une vraie prime.comme on dit souvent bien mal acquit ne profite pas.L’administration restera toujours dans sa même posture.corruption,gaspillage et inperformance..etc c’est le pays qui perd

  2. Belle initiative de la part de l’Etat… Mais on aurait dû definir les indicateurs de perfomance avant de procéder au paiement de ladite prime. Pourquoi ne pas avoir demandé conseil au Rwanda (en terme de cooperation bilaterale ), vu que ces derniers s’en sortent plutot bien à ce niveau. Je pense que ce n’est qu’une manoeuvre purement politique afin que les sufrages leurs soient accordés en 2016…

    • L’expérience Rwandaise devrait inspirer les autorités pour une meilleure évaluation de la performance des fonctionnaires. Un versement fantaisiste des primes serait de la pure distraction politique et de l’argent dépensé pour rien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *