DSCF0925

Avec son S.E Guy Blaise NAMBO-WEZET

Les relations diplomatiques entre le Gabon et le Sénégal sont aussi vieilles que les indépendances. Les deux Etats collaborent dans plusieurs domaines comme la formation, commerce, santé et militaire. C’est dans l’optique d’avoir une meilleure idée sur cette coopération que Esprit Africain s’est entretenu avec S.E Guy Blaise NAMBO-WEZET ambassadeur du Gabon au Sénégal sur la coopération économique, la formation, les nouvelles dispositions légales, et la communauté Gabonaise résidente au Sénégal.

Coopération économique

La  coopération économique n’est pas souvent mise en avant alors qu’il existe de véritables opportunités qui s’offrent aux entreprises des deux pays. A ce sujet S.E l’ambassadeur  a expliqué que «  les objectifs sont de renforcer et de diversifier la coopération économique, d’ailleurs  il y a un comité de suivi qui pilote les recommandations de la 7e commission mixte Sénégal-Gabon» il faut rappeler que cette commission s’est réunie à Dakar en Septembre 2013 après Quinze-ans de pause. Les recommandations portaient sur la reforme du cadre juridique, la mise à jour des programmes communs, les échanges économiques etc. Pour renchérir son propos il ajoute «  Un accord a été signé tout récemment dans le domaine de l’administration douanière pour faciliter le commerce entre les deux pays ».

En termes d’objectifs chiffrés rien n’a été annoncé, on comprend par là que le tout est de  faire plus que ce qui est déjà fait en termes de commerce. Quelques entreprises Gabonaises ont compris l’intérêt du marché Sénégalais c’est pourquoi certaines parmi elles comme IBNG (Bois), SIAT-GABON (huile de table, savon), SOGATOR (café), VHO (vin)  ont participé en décembre 2013 à la Foire Internationale de Dakar  (FIDAK) pour  présenter leurs produits mais aussi nouer des contacts avec les potentiels clients Sénégalais.  C’est uniquement par ce genre de participation que les entreprises des deux pays pourront commercer ;  Il faut sortir des sentiers battus pour redynamiser les échanges et les partenariats économiques surtout pour ces deux pays qui visent l’émergence à l’orée 2025. Il est déjà bien de se lancer ce défi mais se serait encore mieux de mettre en place les moyens nécessaires et une bonne stratégie économique pour y arriver et cela passe indubitablement par la coopération sud-sud.

Pour parler des entrepreneurs Gabonais résidents au Sénégal, S.E l’ambassadeur a dit «  je n’ai pas encore rencontré un Gabonais qui a crée une entreprise légalement constituée ici au Sénégal, pourtant on me dit qu’il en existe. Je ne veux que les voir pour les encourager » Appel aux entrepreneurs Gabonais du Sénégal. Pour répondre à la question sur le financement des projets, S.E a précisé que l’ambassade ne gère pas ces choses-là c’est plutôt à chacun des entrepreneurs de porter leurs projets pour les soumettre aux bailleurs de fonds ici au Sénégal comme au Gabon.

 Formation

La formation est l’un des axes de coopération les plus actifs car le Sénégal forme des étudiants Gabonais depuis de longues années déjà. Au sujet du nombre d’étudiants stagiaires Gabonais au Sénégal, S.E Guy Blaise NAMBO-WEZET a expliqué que pour ce nombre seul celui des boursiers de l’Etat Gabonais est estimé à 500 ou 600. Ces chiffres ne sont pas exhaustifs car l’ambassade n’a pas encore reçu des bourses et stages la liste des nouveaux boursiers  de l’année scolaire en cours.

Pour les non boursiers leur nombre ne peut être donné car beaucoup parmi ces étudiants ne viennent pas se faire enregistrer à l’ambassade pour identification et ce depuis des années. L’ambassadeur a exprimé son incompréhension face à cette attitude peut responsable, à S.E de dire « Peut-être c’est quand on fera comme à l’ambassade du Gabon en France, c’est-à-dire de n’aider ou apporter assistance qu’à ceux qui ont une carte consulaire en vigueur, que certains viendront se faire enregistrer ».

Le gouvernement Gabonais a entrepris certaines réformes sur le plan de la formation de ses étudiants,  c’est dans ce cadre que S.E l’ambassadeur a expliqué que « Les bourses et stages ont effectué durant l’année écoulée une mission d’audit des écoles instituts et universités pour apprécier l’offre de formation mais aussi les nouvelles dont le Gabon a besoin». C’est dans le même sens qu’un service académique a été crée au sein de l’ambassade du Gabon il y a quelques années déjà par le ministère des affaires étrangères afin d’accompagner l’Etat dans ses reformes. Ce service vient en appui au service culturel qui faisait déjà ce travail d’orientation et de conseil.

Nouvelles dispositions légales

Que ce soit ici au Sénégal comme au Gabon, certains changements ont alimenté l’actualité ces derniers mois. D’abord à la question du rôle que pourrait jouer l’ambassade si un gabonais se voyait mis dehors par son bailleur qui refuse d’appliquer la nouvelle loi sur la baisse des loyers au Sénégal, S.E l’ambassadeur a expliqué ceci «  Nous sommes dans un Etat de droit, si la loi n’est pas appliquée par un bailleur alors il faut se rapprocher des services compétentes qui ont été crées pour faire face à ce genre de cas, il y a un numéro vert qui est actif et les commissariats sont disposés à recueillir les plaintes éventuelles. L’ambassade est extérieure aux contrats de location signés entre les ressortissants Gabonais et les bailleurs».  Pour les cas d’urgence, l’ambassade ne dispose pas de fond pour y faire face. Allez-y comprendre !

Ensuite au sujet du nouveau passeport biométrique qui vient de rentrer en vigueur au Gabon, S.E a dit qu’il n’était pas encore possible de se le faire établir au niveau de l’ambassade et enfin s’agissant du nouveau ministère des Gabonais de l’étranger, il n’a rien dire sur ce sujet vu que le ministère vient tout juste d’être crée.

La communauté Gabonaise au Sénégal

Il a souvent été reproché aux étudiants d’avoir des comportements peu honorables et responsables  surtout en ce qui concerne les alcools et les études.  Comme conséquences beaucoup ont vu leurs études payés le prix fort de leurs insouciances c’est pourquoi S.E Guy Blaise NAMBO-WEZET a tenu à lancer un appel à la prise de « conscience » parce-que dit-il « Vous êtes d’abord ici pour assurer votre avenir, celui de vos parents et enfin du Gabon ». Il a ajouté qu’il n’était pas fier de savoir que  « un compatriote soit emprisonné pour consommation de drogue, l’autre pour trafique de diplôme et le dernier pour escroquerie » ces cas sont certes très isolés mais reflètent toutefois l’état de conscience d’une partie de la communauté estudiantine. Hormis ces quelques  « brebis égarées » la communauté  Gabonaise vit en parfaite harmonie avec les populations Sénégalaises.

En ce qui concerne l’ASSEGS (Association des Etudiants Stagiaires Gabonais du Sénégal) et les associations socioculturelles qui se sont créées depuis quelques années, Son Excellence a demandé à ce que ces associations socioculturelles fassent partie intégrante de l’ASSEGS qui regroupe toute la communauté Gabonaise au Sénégal. C’est dans cet esprit qu’il a instruit quelques membres du bureau actuel de réfléchir sur cette question qui a très souvent suscité des interrogations chez certains et même de  l’indignation chez d’autres.

The following two tabs change content below.
Barack Nyare Mba
Je suis un jeune Africain, de nationalité gabonaise, j'ai étudié au Sénégal et au Ghana. Je suis titulaire d'un Master 2 Audit et Contrôle de Gestion. La renaissance de l'Afrique passe indubitablement par la prise de conscience des défis de développement. C'est dans cet esprit que je crée ce blog pour partager avec vous mon regard sur l'Afrique en général et le Gabon en particulier. Panafricain je suis, panafricain je resterai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *