Gabon élections locales: Rien de nouveau sous le soleil

téléchargement (1)Le paysage politique national reste pauvre mes chers amis, je  vous assure qu’il est franchement resté pauvre en fond et en forme. Lorsque je regarde de plus près les candidats têtes de liste dans les capitales provinciales de l’intérieur du Gabon et de Libreville , je m’aperçois que ce sont toujours les mêmes que nous connaissons depuis très longtemps. Ils ont pour la plupart fait le tour des institutions de la République et participent d’une manière comme d’une autre au Banquet politique national.

Le problème avec ces mêmes candidats c’est qu’ils ne se présentent apparemment pas pour changer nos villes et collectivités locales mais pour faire autre chose que ce qu’ils sont sensés faire. Je préfère ne pas dire, ce pourquoi ils sont élus, parce qu’en généra,l ils ne proposent pas grand chose pour changer nos communes et collectivités locales.

En réalité, au Gabon on se moque du travail que doit faire un maire ou un conseillé municipal, si je le dit c’est  parce-que l’état actuel de nos villes et collectivités locales ne me permet pas de penser autrement. Je suis navré mais quand je vois, par exemple, les poubelles qui jonchent Libreville depuis de nombreux mois et le manque d’espaces verts ou d’aires de jeux, je me demande bien ce que le maire peut bien faire comme travail si ce minimum n’est pas fait. On nous donnera des tonnes de raisons pour se disculper mais on sait tous le véritable problème.

En fait, il y a deux véritables problèmes, le premier c’est le seul caractère politique qu’on donne à ces élections locales au détriment du travail qu’un élu local est sensé faire et le second c’est les mêmes personnes qui ont gérées et qui n’ont rien fait qui se présentent. Voila le véritable bourbier dans lequel nous sommes. Il n’ y a pas de relève, les jeunes sont quasiment exclus ou mis au second ou au troisième plan en tant que « stagiaires » politiques. Leurs projets de campagne ne sont en général pas dirigés vers une meilleure offre de politique de gestion de la communauté, vers une amélioration du cadre de vie en proposant des nouveaux services à leurs concitoyens ou en améliorant considérablement le peu de services déjà existants.

La politique politicienne est le projet far de ces candidats, ils veulent juste avoir une assise politique pour s’engraisser et/ou pour préparer politiquement les élections présidentielles de 2016. La nouvelle génération est mise de coté car cette dernière ne partage plus leurs vieilles méthodes qui n’ont jamais changées nos villes et collectivités locales.

Il faut savoir que les élections locales ont été renvoyées par la Cours constitutionnelle au 21 décembre au lieu de ce 23 novembre 2013. J’espère vivement que les nouveaux candidats proposeront des projets meilleurs et concrets pour le bien de nos populations. A un moment donné il faudra bien travailler tout de même.